Arbuste-avec-un-coeur-decoupé-au-centre-et-on-voit-au-travers

De nos jours, on entend de plus en plus parler de l’écoresponsabilité. Depuis quand ce terme fait-il partie de notre vocabulaire? En quoi consiste-t-il réellement? Est-ce une mode? Comment pouvons-nous dire que nous sommes écoresponsables et ainsi en porter fièrement le « badge »?

Dans cet article, nous allons essayer de comprendre le tout. Démystifier en quoi nous devrions pratiquer l’écoresponsabilité, si ce n’est pas déjà chose faite pour vous 😊

Êtes-vous prêts? Allons-y.

STATISTIQUES ÉCORESPONSABLES

Dans les années 1970, cette question est notamment apparue dans les travaux du Club de Rome[1] .  On peut donc dire que l’écoresponsabilité ne date pas d’hier. En regardant des statistiques de plus près, nous pourrons mieux comprendre.

Une étude réalisée par la Banque de développement du Canada en 2013 a révélé ces faits :

La moitié des Canadiens sont enclins à acheter des produits écologiques, et les deux tiers des Canadiens font un effort pour acheter des produits locaux.

75 % paieraient davantage pour des produits et services d’une entreprise socialement responsable.

90 % cesseraient d’acheter des produits d’une entreprise qui a des pratiques irresponsables.

33 % sont prêts à payer plus cher pour des produits favorisant une meilleure santé.

CITOYEN ÉCORESPONSABLE

Cela veut donc dire que les gens sont de plus en plus conscients de leur empreinte écologique. De plus en plus d’entreprises emboîtent le pas. Que ce soit par le compostage, le recyclage, l’utilisation de produits biodégradables, l’énergie verte et la réutilisation de produits existants. Tous ces petits pas font une différence pour la planète.

PROFIL DE CONSOMMATEURS

Les écolos : cherchent à réduire leur empreinte écologique au maximum.

Les conscientisés : cherchent à acheter une majorité de produits verts.

La masse : cherche de plus en plus à adopter un mode de vie vert.

Les retardataires : attendent que tous les autres adoptent un mode de vie durable pour changer le leur.

Les pollueurs : ne se soucient aucunement de leurs répercussions sur l’environnement.

Avec ces profils, les entreprises peuvent mieux comprendre comment adopter leurs produits et services afin de convertir les plus timides à penser pratiquer l’écoresponsabilité.

Notre compagnie Seconde Vie a le grand désir de donner un deuxième souffle à ces fruits et légumes poches. Nous désirons un avenir plus vert et nous sommes convaincues que le pas que nous faisons fera une différence pour nous et pour vous. Nous ne croyons pas que ce soit une mode passagère, mais bien un mode de vie à adopter.

Alors, vous êtes situé où dans tout ça?

Femme qui coupe des légumes frais et qui pratique l'écoresponsabilité.
https://bit.ly/3jpomjF

[1] Le Club de Rome est un groupe de réflexion réunissant des scientifiques, des économistes, des fonctionnaires nationaux et internationaux, ainsi que des  industriels de 52 pays, préoccupés des problèmes complexes auxquels doivent faire face toutes les sociétés, tant industrialisées qu’en développement.

Partager